• Du 21 au 28 septembre 2019 avec 4 Dufour 34 et un Bavaria37 au départ de La Trinité sur mer

    Ma semaine sur l’Aigle

    Tour des Îles 2019

    Samedi 21. Cela commençait plutôt bien. J’avais rejoint le gros de la troupe au pied de la tour Montparnasse mais on a bien failli rater le train pour une course de dernière minute.

    Finalement, on s’est retrouvés dans le carré famille de la voiture 8 où de beaux bébés réclamaient leur biberon.

    Organisation au top, bus au rendez-vous, bateaux prêts et livraison des vivres dans la foulée. Pas de chance, on a hérité du bateau sans capote. Vu la météo annoncée, on va morfler.

    Restau en commun ou presque et premier dodo à bord.

    Dimanche 22. La Trinité/ Port Haliguen.

    Tout le monde est prêt pour en découdre, c’est parti pour la manche du matin. Sale impression que notre bateau n’avance pas.

    Quand le navigateur commence à surfer sur les planchers qui flottent au fond, on prend la décision de quitter la course pour mettre le bateau à plat et chercher la voie d’eau.

    Démontage en règle des planchers et capots, ça commence à écoper dur pour pallier l’inefficacité des pompes du bord.

    Les équipes sont constituées, deux qui écopent, deux qui cherchent la fuite et deux qui dirigent le bateau car nous ne sommes pas seuls sur le plan d’eau. Plus de 100 voiliers de l’Ariane’s cup nous entourent.

    Après quelques centaines de litres rendues à la mer, on se détend un peu quand on constate qu’on arrive à sortir l’eau plus vite qu’elle ne rentre. Si la voie d’eau reste stable, on devrait pouvoir rentrer au port.

    Dans le souk ambiant, Ludo se prend une belle gamelle quand l’escalier de la descente se dérobe sous son pas léger. Gros choc et belle coupure au coude pour une connerie de loquets qui tiennent avec des rilsans.

    L’entrée d’eau est finalement repérée au niveau des passes-coque à l’avant. Décision est prise de rentrer à la Trinité car il est envisagé de changer de bateau.

    Au final, le technicien du loueur arrive à colmater la fuite. On va pouvoir repartir après de menus travaux de dessalage, séchage et remontage. On rejoint port Haliguen et les copains à la nuit tombante.

    Lundi 23. Port Haliguen/ Le Crouesty

    Débarrassé du ballastage de la veille, on peut enfin jouer avec les autres.

    Journée sous la flotte pour tester l’étanchéité des vestes de quart et soirée à regretter encore l’absence d’une capote.

    Nouvelle avarie à bord. Dégagement de fumée et odeur de brûlé. La pompe du groupe eau n’a pas apprécié le bain de la veille.  Réparation de fortune et nouvel appel au loueur. On n’a pas coulé hier, on ne brûlera pas aujourd’hui.

     Mardi 24.

    Tour des Îles 2019Réveil sous grosse pluie. LivraisonTour des Îles 2019

    d’une nouvelle pompe par un

    technicien tout mouillé.

    Sortie un peu musclée du Crouesty

    puis balade plus calme dans le golfe.

     Photo de groupe aux pontons de l’île aux Moines

    Alternance de soleil et de pluie mais

    un grain sévère sur la route du retour.

    On laisse lâchement Jackie seul à la barre et on va se réfugier à l’intérieur.

    Le bricolage du jour consiste à réparer l’alimentation électrique du chauffe-eau. Cela devient lassant.

    Mercredi 25. Le Crouesty/ Port Haliguen                     Tour des Îles 2019

    De la vrai voile, avec du vent, des rafales, de la pluie et des éclaircies au milieu du gris ambiant.

    Repas un peu agité sur une bouée à Houat.

    Rentrée à Port Haliguen, on est mouillés,un peu crevés et contents d’arriver.                                                              Tour des Îles 2019

    Côté bricolage, juste une petite  fuite au boiler à traiter.

    Jeudi 26. Quartier libre à port Haliguen.

    Trop de vent pour naviguer. Du coup on a visité la presqu’île pour roder les Crocs d’Eric. Premier jour sans avarie ou menue panne.

    Vendredi 27. Port Haliguen/ La Trinité

    Le vent s’est bien calmé, on va pouvoir finir en beauté. Joli passage groupé de la première bouée. Il fait beau, belles images des bateaux dans le soleil.

    Coup de canon juste après un virement.                                    Tour des Îles 2019

    Le mât vient de casser en trois au niveau des barres de flèche.

    Par un gros coup de chance, pas de blessés.

    Il faut sécuriser ce qui tient encore debout,

    repêcher la tête du mât et les voiles qui sont à l’eau

    et arrimer le tout avant de démarrer le moteur.

    La manœuvre nous prend pratiquement une heure

    avec une bonne suée de l’équipage.

    Les autres bateaux ont immédiatement arrêté la bagarre

    et nous escortent jusqu’au port où nous attend l’équipe technique du loueur. On commence à tous les appeler par leurs prénoms tellement on les a vus cette semaine.

    Démontage du gréement au port, sous l’œil du propriétaire un peu sonné.

    La solidarité joue à plein. En mer Stéphane nous a proposé de monter à bord pour nous donner un coup de main, le bateau voisin nous propose une boisson sucrée aux fruits fort revigorante, on a même pu manger une excellente blanquette préparée sur un autre bord vers 17h00. Le temps de dégager un peu l’accès au carré.

     

    Tour des Îles 2019   Tour des Îles 2019

     

     

     

     

     

     

     

            

     

     

     

     

    Avec  toutes ces péripéties, j’ai un peu perdu le fil de la régate et des classements. Tour des Îles 2019

    Notre démâtage n’a pas permis à la lutte finale entre les bateaux

    de Patrick et Stéphane d’aller à son terme.

    Le classement du jeudi devient donc le classement final

    et c’est à Patrick que Jackie remet le trophée de ce tour des îles atypique.

    Cérémonie sur les pontons sous un ciel menaçant avant le repas en commun au Bistrot du Marin.

     

    Tour des Îles 2019  Pénurie temporaire de café sur notre bateau. Pas possible de faire des Irish Coffee malgré des demandes insistantes.

    Il me restera de cette semaine des souvenirs plein la tête et quelques belles images.

    On a failli couler, brûler et se faire assommer mais je préfère me souvenir de la bonne ambiance à bord et sur les pontons et de la solidarité du groupe.

    Merci à Jean-Marc pour la bouffe qui conditionne une bonne partie de l’ambiance à bord, merci au sang-froid de l’équipage et merci à vous avec qui j’ai échangé quelques mots et peut-être quelques verres.

    Et à bientôt pour de nouvelles aventures….

     

    Hervé P

    Toutes les photos sont là:

    Et en bonus petite vidéo d'un "drone de bateau"

     


    1 commentaire
  •  

    En ce samedi 22 septembre, c’est la veille de l’automne d’après le calendrier mais le plein été pour la météo. Ils sont venus de partout, avec un fort contingent d’Alsaciens, pour converger vers Pin Rolland. Arrivées échelonnées, retrouvailles joyeuses.

     

    Tour des îles 2018

     

    C’est l’agitation habituelle des débuts de semaine de voile ; prise en main et inventaire des bateaux, 4 Dufour grand large en versions 405 ou 410.

    Pendant ce temps, Patrick, prévoyant, prospecte avec minutie le littoral pour dénicher le restaurant du soir.

    Dans les bateaux, déglaçage des gosiers grâce au rosé du kit de bienvenue Dream Yacht charter, aménagement et avitaillement. Il est bientôt l’heure de se diriger vers le resto.

     Repas sympa, retour aux bateaux, visite chez les voisins, on est vite demain !

    Nuit très courte pour certains. Mais qui a donc caché les interrupteurs sur le bateau Lulu ?

     

     Dimanche 23, première manche St Mandrier- Porquerolles. Première victoire pour Pondoro, skyppé par Claude.

     

     

     

    Lundi 24. Un fort coup de vent est annoncé pour la nuit prochaine. La deuxième manche sera donc une boucle autour de l’île de Porquerolles, puis abri au port.

     Pas facile de passer la ligne de départ. Belle navigation sous toutes les allures. Abandon sur avarie pour Armoric II, victoire de Lulu, skyppé par Eric. 

       

     Mardi 25. Nuit venteuse, les drisses chantent, les amarres grincent sous l’effort, les pontons s’agitent. Au lever du jour, spectacle désolant d’un voilier qui a rompu son mouillage et qui vient usiner sa quille sur le môle du bassin.

     

     Pas de sortie aujourd’hui, nous restons bloqués à Porquerolles pour la journée. On a fait pire comme punition.

     Location de VTT l’après-midi, les plus courageux poussent jusqu’au fort du cap des Médes pour prendre le vent. quand les autres limitent leur parcours à la plage des langoustiers.

     

       

    Mercredi 26. Le vent a faibli, tout le monde est impatient de quitter l’île et d’en découdre enfin. Belle manche vers les Embiez. Bataille de tous les instants entre les deux 405 et les deux 410. Classement indécis jusqu’au dernier bord pour la deuxième place. Victoire d’Armoric II skyppé par Thierry.

     

       

     

    3 vainqueurs différents en trois manches, la bataille pour le trophée s’annonce serrée.

     

    Jeudi 27. Petit temps, parcours les Embiez/ les Embiez. Nouvelle victoire de Pondoro. Atelier cuisine. Sur Armoric II où Eric dévoile son exceptionnelle aptitude à la confection d’Irish coffee tout aussi bons mais nettement moins cher qu’à l’Escale, un bistrot de Porquerolles où l’équipage s’est délesté de quelques billets les jours précédents.

      

     Vendredi 28. Il faut penser à rentrer. L’ultime manche sera donc un parcours les Embiez/ St Mandrier enlevé par Armoric II. Les Dufour 405 marchent vraiment bien dans le petit temps.

      

    Le décompte de points est rapidement fait, Pondoro emporte le classement final, suivi de Armoric II, Lulu et Nosaurito, skippé par Marc.

     Rassemblement sur le ponton flottant qui peine à flotter sous le poids, discours de Jackie, remise solennel du trophée à Claude Lebeau et son équipage, applaudissements chaleureux et photos.

     

    Avant que le ponton achève de couler ou qu’un équipier tombe à l’eau (ça arrive paraît-il), rassemblement sur le plancher des vaches. Deux caddies surmontés d’une palette font un bar présentable et digne de recevoir le Staff du loueur qui est venu boire le verre de l’amitié avec nous.

     

    Palmares 

    Repas en commun au même restaurant qu’à l’aller, qui nous paraît bien plus proches quand on ne suit pas Patrick. Repas toujours aussi bon, il faut dire que la carte n’a pas changé.

       

    Retour aux bateaux. Les plus sages vont se coucher, les autres ne veulent pas quitter les copains tout de suite et trainent un peu chez les voisins. On refait la régate et le monde sur Armoric II jusqu’à tard dans la nuit. Eric, épuisé de râper du chocolat sur de la chantilly peut enfin aller se coucher.

    Samedi 29. C’est l’ambiance un peu triste du dernier jour. Les sacs sont alignés sur les pontons. Les départs s’échelonnent.

     

    Tour des îles 2018

     

                           On se quitte par vagues, en se donnant rendez–vous plus tard,

                           à l’assemblée générale, aux Antilles ou pour le prochain tour des Iles.

     

                              Les autres photos sont là


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique